Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

eZHumanCAPTCHACode reload
retour

Navigation et ergonomie

Navigation et ergonomie
  1. Identifiez bien les éléments stables de la navigation, que le visiteur retrouvera de page en page. Entêtes, empieds, menus, outils permanents : ils fournissent au visiteur un socle de stabilité rassurant et doivent être facilement identifiés.

  2. Liens connexes. Essayez de proposer au visiteur des informations susceptibles de l’intéresser, en relation ou en complément de l’article courant.
    Cette page du site lemonde.fr est une bonne illustration de cette pratique d’invitation à la navigation. Certains outils de gestion de contenus permettent de mettre en œuvre des liens connexes de manière semi-automatique, en définissant des thématiques, et l’associations des articles à ces thématiques.

     

  3. Plusieurs chemins peuvent mener à un même contenu. Même s’il y a une arborescence principale, il n’y a pas une seule logique de classement valable pour l’information. Il est bon de proposer différents axes de navigation, correspondant à différentes logiques : par public (institutionnels, jeunes, presse, …), par thématique, par pays/régions, par nature de document (normes, communiqués, …), etc.

  4. La fonctionnalité de recherche sur le site est essentielle. Elle n’est pas réservée aux sites qui ont un fort volume de contenus, elle doit être offerte sur tous les sites. Les internautes de la ‘génération Google’ préfèrent taper quelques mots dans une boite que de réfléchir à l’organisation des rubriques dans votre site. La recherche simple doit être offerte de manière systématique, bien en vue et disponible sur toutes les pages. En revanche, la recherche avancée, c’est à dire permettant une variété de critères, n’est pas nécessaires sur tous les sites ; elle est rarement utilisée.

  5. En revanche, évitez d’utiliser une recherche Google pour les contenus propres à votre site. Vos derniers contenus ne seront pas pris en compte avant quelques jours, et ce sera toujours invitation pour vos visiteurs à aller voir ailleurs. Il y a suffisamment de solutions simples et gratuites.

  6. Trois clics pour tout voir ? Ce n’est pas une règle absolue. L’essentiel n’est pas le nombre de clics, mais que l’internaute (1) comprenne immédiatement où cliquer, (2) qu’il n’ait pas à revenir sur ses pas parce qu’il aura pris une mauvaise direction, (3) que les pages s’affichent instantanément.

  7. N’utilisez pas trop les icônes pour signifier un lien tel que « plan du site » , « s’abonner à la newsletter » ou bien « rechercher », car leur sens n’est pas toujours compris par les visiteurs, chaque site ayant sa propre symbolique. Sur l’exemple ci-contre, sauriez-vous dire le sens des troisième et quatrième boutons ?
    Préférez des liens en simple texte.

     

  8. Les menus déroulants ne sont pas une obligation. Ils sont utiles principalement lorsque des visiteurs réguliers ont le besoin de cheminer rapidement d’un bout à l’autre du site. Un autre bénéfice est de permettre de se rendre compte rapidement de l’ensemble de « l’offre » des rubriques du site. Néanmoins, un site avec des pages légères et servies rapidement peut très bien se passer de menus déroulants. Et à l’inverse, l’accès direct aux rubriques peut priver le visiteur de sommaires intermédiaires qui pourraient présenter mieux la rubrique.

  9. Attention aux menus déroulants qui obligent à suivre un chemin très précis avec sa souris. Beaucoup d’utilisateurs ont du mal à les utiliser. Le menu déroulant doit permettre une ‘trace directe’ de la souris, depuis l’intitulé d’une rubrique vers l’intitulé de la sous-rubrique.

  10. Attention à certains menus déroulants « prêts à l’emploi » que l’on trouve en téléchargement sur le web. Certes, ils gèrent tous les cas de figure, mais pèsent 50 Ko et déroulent tellement de code Javascript à chaque affichage qu’il faut attendre plusieurs secondes avant de voir le menu s’afficher.

  11. Si vous utilisez des menus « dépliants », c’est à dire qui s’ouvrent pour faire apparaître les rubriques de niveau inférieur, alors ils ne doivent se déplier qu’au clic et non au survol de la souris. Les menus qui se déplient au survol sont pratiquement inutilisables.
    En dessous, un menu dépliant plutôt réussi, celui de www.cidil.fr.

     

  12. Tissez un maillage serré de liens internes, à la fois par les liens de navigation et par les liens connexes. Un maillage serré invite à la navigation et améliore le référencement.