Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

retour

Portail et personnalisation

Portail et personnalisation

Tout le monde connaît le site My Yahoo (http://www.yahoo.com/). Il permet de configurer sa propre page d’accueil d’une part en choisissant des blocs, des pavés, de contenus, en les agençant sur la page, et enfin en les configurant. Ainsi on pourra choisir le pavé Météo, le placer dans la colonne de droite de la page, et finalement choisir les régions dont la météo nous intéresse.

L’idée bien sûr est de réunir sur la page d’accueil l’essentiel de l’information qui nous intéresse, et donc de la rendre disponible en zéro clics.

La même idée peut s’appliquer à une application web.

Prenons l’exemple, très banal, de la gestion des clients. Imaginons que l’entreprise possède de l’ordre de 400 clients identifiés. Comme on l’a vu plus haut, l’application peut proposer les outils de recherche-filtre clients, liste résultat, détail client, etc., selon un schéma standard de navigation.

Mais dans la pratique, chaque utilisateur n’a réellement besoin d’accéder qu’à un petit nombre de clients, et il n’a que faire d’une fonction de recherche multi-critères.

Reste à savoir comment l’application déterminera les clients que l’utilisateur peut souhaiter consulter. Il y a pour cela plusieurs approches :

  • La première est de définir de manière explicite la relation qui lie un utilisateur à certains clients, dans la modélisation des données. C’est le cas par exemple lorsque un commercial se voit affecter un périmètre de clients : cette relation est définie dans la base de données, et il est alors simple de présenter à chaque commercial ses propres clients.
  • La seconde est d’utiliser les informations glanées au travers de l’utilisation du site pour créer une relation implicite entre un utilisateur est certains clients. Ce peut être par exemple les clients pour lesquels il a travaillé dans les derniers mois, ou bien qu’il a consultés le plus récemment, etc. De même que Amazon présente automatiquement à chacun les livres susceptibles de l’intéresser compte tenu de ses commandes précédentes, l’application présente à chacun les clients susceptibles de l’intéresser.

Bien sûr cela signifie que l’application doit enregistrer ces informations liées à l’utilisation du site, afin d’en faire un usage de profiling .

  • La troisième enfin est de demander à chaque utilisateur de créer sa propre personnalisation, c’est à dire de sélectionner lui-même les clients avec lesquels il travaille et qu’il souhaite pouvoir consulter rapidement.

La première approche est appliquée assez naturellement : à partir du moment où une relation explicite a été prévu, il est naturel que l’application en fasse usage. Et cela particulièrement si des restrictions d’accès ont été définies, par exemple si l’on a défini que chaque commercial ne pouvait accéder que à ses propres clients.

Les deux autres sont moins utilisées, et c’est regrettable. Profiling et personnalisation sont des techniques extrêmement puissantes au service des applications.

C’est la fin du mois, on propose aux utilisateurs de profil ‘développeur’ de remplir leur rapport d’activité.

Les statistiques trimestrielles sont disponibles, on les présente à l’utilisateur de profil ‘contrôleur de gestion’ dès la page d’accueil.

Des achats sont à valider par le chef de service : on lui en présente la liste dès sa page d’accueil.

Tel commercial a rendu visite à 8 clients dans le dernier mois, on lui présente ces clients-ci sur sa page d’accueil, afin qu’il puisse consulter leur fiche rapidement.

Cinq nouvelles candidatures ont été reçues et n’ont pas été qualifiées, elles sont présentées dès la page d’accueil du responsable RH.