Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

eZHumanCAPTCHACode reload
retour

Paysage actuel

Paysage actuel

Chiffres clés et tendances

Le mobile a déjà 30 ans et est devenu au file des années un canal incontournable. Voici quelques terminaux qui ont marqué l'histoire :

Screenshot from 2015-04-23 08:19:19

Ce canal sera bientôt dominant, en nombre de connexion dans le monde…

Dès maintenant “[…] 4 consommateurs sur 5 peuvent accéder à Internet et au commerce en ligne via leur mobile, contre 1 consommateur sur 5 via son ordinateur. " (source: TNS Sofres) 2012

Dans le monde, en 2014, Internet sera majoritairement mobile en nombre de connexion (Source: Etude Morgan Stanley 2011)

"All people in the world are going to get a smartphone, and for most of them it will be their first computer."  (Larry Page, CEO Google 2012)

Croissance du parc et intensification des usages en France

En forte croissance (34% en 2011) et avec un parc de 20 millions de smartphones en France à fin 2011, on est loin de la technologie de pointe et réservée à quelques spécialistes que l’on a connu. Par ailleurs, l’aspect le plus marquant est son utilisation qui s’intensifie d’année en année (doublement du nombre d’utilisateurs quotidiens de
l’internet mobile en un an). Les nouveaux utilisateurs, se servent de leur smartphone, et ce de plus en plus.

Screenshot from 2015-04-23 08:22:33
Partout et tout le temps
  • > 90% des utilisateurs gardent leur smartphone sur eux 24h/24h 
    Screenshot from 2015-04-23 08:25:53
  • Majoritairement utilisé à la maison…
    • Devant la télévision
    • Au lit
    • Dans la salle de bain ou aux toilettes
  • … et ensuite en « mobilité » :
    • Durant une attente
    • En transport
    • En réunion / en cours
    • En faisant les courses
  • L’âge moyen du premier mobile :
    • 11 ans et demi !
Applications - Des utilisateurs qui téléchargent, testent, et zappent
Screenshot from 2015-04-23 08:28:20

Le 5 mars 2012 - Apple a fêté ses 25 milliards d’applications téléchargées. Autre chiffre marquant, 26000 demandes d’applications à valider par semaine dont un tiers sera rejeté.

Applications les plus téléchargées en 2011 (dans le monde tout OS confondus)

  • Angry Birds, Facebook, Skype, Angry Birds Rio, Google Maps, iBooks, Angry Birds season, Fruit Ninja, Talking Tom Cat, Twitter

Un phénomène de « Blockbusterisation » (concentration des usages)

  • Le top 10 des applications Android concentre 43 % de tout le temps passé

Des applications considérées comme jetables ou Kleenex…

  • 26% des applications sont téléchargées, ouvertes une seule fois pour ne plus jamais être utilisées.
  • Seuls 26% sont utilisées plus de 10 fois

…aux durées de vie très éphémères:

  • Après un mois d’utilisation, seulement 38% des utilisateurs (iOS comme Android) l’utilisent encore
  • Après 6 mois, seulement 14%, puis seulement 2% utiliseront après 12 mois

Source chiffres: Apple, Localytics, Flurry Analytics & Estimates

Web mobile - des utilisateurs exigeants... Mais nombreux
  • De 2010 à 2011: la part des recherches sur mobile est passée de 2,95% à 5,98% (chiffres monde)
    • En d’autres termes: les utilisateurs ont des besoins et souhaitent vous trouver...
  • Mais leur expérience actuelle est encore globalement déceptive (US)
    • Un utilisateur sur deux est globalement insatisfait de son expérience d’internet sur mobile.
    • 1/4 d’entre eux, ne reviendront pas
      •  Pour 15% le site ne répond pas à leurs attentes ou est mal adapté au mobile
      •  Pour 38% il est trop lent
      •  Pour 18% le site ne fonctionne pas
      •  Pour 13% le site mobile n’existe pas
  • L’étude montre néanmoins que la différence entre le web mobile et les applications téléchargées est perçue et les exigences de temps de réponse, d’ergonomie et de contenu restent moins élevées que sur le web.

Fragmentation toujours élevée

Un paysage très fragmenté mais homogénéisé grâce à Android
Screenshot from 2015-04-23 08:37:35

Cette représentation montre de manière visuelle le niveau de fragmentation des terminaux pour l’OS Android.
Elle n’a pas vocation à apporter d’informations chiffrées

Source : OpenSignalMaps

Ecrans : des proportions similaires qui tendent diverger
  • Les parts de marché des OS mobiles vont rester instables:
    • Le parc augmente vite (13 millions de smartphones vendus en 2012), et la concurrence est telle qu’il est difficile d’anticiper vers quel OS les utilisateurs vont se porter
    • Malgré leur prix et la baisse globale du niveau de subventions des opérateurs (notamment Free), le rythme de renouvellement reste rapide
    • L’OS n’est pas ou plus un critère d’achat (excepté pour une part de « Fans » d’Apple)
Screenshot from 2015-04-23 08:41:36

Si globalement tous les smartphones ont une proportion hauteur/largeur proche, celle-ci tend à diverger avec les modèles les plus récents. A titre d’information, elle est de 1,5 sur les iPhones 3 et 4, de 1,66 sur les Samsung Galaxy S1 et S2 et de 1,77 (16/9) pour l’iPhone 5.
Ces écarts doivent être pris en compte dans le cadre des sites web mobiles mais aussi des applications en vue de mutualisation de certains coûts de développements (ergonomie, design, montage...)
Source : OpenSignalMaps

Terminaux, OS* et navigateurs : la problématique se déplace des terminaux vers les OS
  • Terminaux... du mieux !
    • La montée en puissance d’Android ainsi que l’accord Nokia/Microsoft ont permis de réduire le nombre d’OS majeurs présents sur le marché grand public
    • Là où il fallait parfois viser une multitude de terminaux, on peut aujourd’hui par exemple considérer qu’une application développée pour Android 2.1 fonctionnera sur tout appareil qui tourne sous Android 2.1
Screenshot from 2015-04-23 08:47:33
  • Pour autant les OS et navigateurs sont toujours trop hétérogènes:
    • Le nombre de ces OS majeurs bougent encore, de nombreux projets sont annoncés ou ont été lancés (ex: TIZEN, BADA).
      • Par ailleurs les OS eux mêmes évoluent très fréquemment, et les mises à jour des utilisateurs ne sont pas toujours automatiques
    • Chaque OS utilise son propre navigateur Web:
      • Tous sont sensés afficher du web « universel » mais dès que l’on touche aux spécificités mobiles ou tactiles, il n’y a plus de standard
      • On se retrouve parfois à l’époque de Netscape où il fallait adapter ses pages à chaque navigateur, les tester et  optimiser à chaque évolution
France – Des parts de marché variables qui imposent de viser large
  • Les parts de marché des OS mobiles vont rester instables:
    • Le parc augmente vite (13 millions de smartphones vendus en 2012), et la concurrence est telle qu’il est difficile d’anticiper vers quel OS les utilisateurs vont se porter
    • Malgré leur prix et la baisse globale du niveau de subventions des opérateurs (notamment Free), le rythme de renouvellement reste rapide
    • L’OS n’est pas ou plus un critère d’achat (excepté pour une part de « Fans » d’Apple)
Screenshot from 2015-04-23 08:51:31

Les chiffres communiqués publiquement sont très variables selon le fait qu’il s’agisse de parts d’audience, de sondages déclaratifs, de chiffres de ventes ou de base installée. Ici, nous avons tenté de synthétiser l’ensemble pour donner une vision du parc des terminaux en circulation.

Aujourd’hui, viser Symbian n’est plus prioritaire (l’OS n’étant plus soutenu) et la question se pose pour BlackBerry en perte de vitesse. Sauf exception, nous conseillons généralement de cibler iOS, Android et Windows Phone (sans forcément respecter les principes ergonomiques très spécifiques de ce dernier).

Synthèse

Vos clients et utilisateurs vous attendent déjà...
  • Le mobile (web mobile et applis) est un canal privilégié...
    • 24h/24h près de soi – 17h/24h allumé
    • Plus personnel et précieux qu’un porte-monnaie
    • Connecté en continu et utilisé n’importe où et n’importe quand
  • ...largement adopté
    • 20 millions d’utilisateurs actifs en France dont 35 à 50% de quotidiens
  • et spécifique
    • Répondant à des besoins et usages différents du web classique

Vos utilisateurs s’attendent déjà à retrouver vos services et vos informations déclinés spécifiquement pour leur mobile