Pour savoir où on va, il faut savoir d'où l'on vient

Vous avez
une question ?
Un projet ?

Contactez nous !
 

Contactez-nous

Vous avez une question ? un projet ? 
Vous souhaitez plus d'informations sur un produit ? sur notre offre ? 
Contactez-nous, on vous répond sous 4H.

retour

Les outils de gestion de contenu

Les outils de gestion de contenu

Les sites web modernes s’appuient généralement sur des outils de gestion de contenus, ou content management systems (CMS), et il est donc naturel de s’interroger sur la compatibilité de ces outils avec un bon référencement.

Si vous n’êtes pas déjà familiers des principes de la gestion de contenu et des meilleurs outils en la matière, nous vous recommandons le livre blanc de Smile intitulé « Content Management : les solutions open source ».

Dans un site statique, les pages que voit l’internaute sont des fichiers placés dans une arborescence de répertoires. Le chemin d’accès indiqué dans l’URL est le reflet fidèle des répertoires conduisant au fichier.

Dans un site dynamique, et en particulier un site construit au moyen d’un CMS, les pages n’existent pas sur le serveur, elles sont construites au fur et à mesure qu’elles sont demandées. Les ‘contenus’, c’est-à-dire les textes, images ou documents composant le site, sont placés en général dans une base de données, d’où ils sont obtenus pour fabriquer les pages.

Cela étant, le crawler lui ne s’intéresse pas à la manière dont les pages sont fabriquées : il les demande par une requête http, comme le ferait un simple internaute, les obtient et les lit. Bien sûr dans certains cas, en regardant la forme d’une URL on peut deviner de quelle manière la page a été produite.

Mais il faut bien se souvenir du point suivant :

Le crawler ne fait pas de discrimination, les pages dynamiques ne sont pas moins précieuses à ses yeux que les pages statiques.

Il reste malgré tout quelques différences dont il faut se préoccuper :

  • L'adresse générée doit permettre d’identifier chaque contenu ; certains CMS utilisent dans ce but une technique appelée URL rewriting (ré-écriture d’adresse) permettant d’utiliser le titre des articles et de leur rubrique, comme adresse de la page ;
  • On entend dire aussi qu’il faut éviter les paramètres « Id=… » dans l’URL, que Google n’apprécierait pas, car souvent utilisés pour passer des variables de sessions. Utiliser simplement un identifiant plus explicite, tel que « ProductId=… ». On ne sait pas trop, cependant, où est la frontière des identifiants valides !
  • Le nombre de paramètres figurant dans l’adresse doit être le plus petit possible (il est conseillé de ne pas dépasser 3 paramètres) ;
  • Les balises META (description, keywords) doivent être rendues variables en fonction de chaque article ; dans le cas contraire, les moteurs de recherche pourraient considérer toutes les pages générées comme étant trop similaires et en conséquence n’en conserver qu’une.

Les contraintes qu’imposent l’utilisation d’un CMS peuvent alors être transformées en avantages, comme par exemple l’augmentation de la variance du contenu des articles.